Actu

Le 27 Août 2020 à 09:42 par Samantha Martins

Disparition d’Estelle Mouzin : ce que l’on sait de l’interrogatoire de Michel Fourniret

  1. Accueil
  2. Actu
  3. Disparition d’Estelle Mouzin : ce que l’on sait de l’interrogatoire de Michel Fourniret

En janvier 2003, Estelle Mouzin est reportée disparue à Guermantes en Seine-et-Marne. La fillette de 9 ans n’est pas rentrée de l’école. Après 15 ans passés sans pistes sérieuses, Michel Fourniret est interrogé depuis mardi sur cette affaire.

Monique Olivier accuse Michel Fourniret

La semaine dernière, l’ex-épouse et complice de l’Ogre des Ardennes accusait formellement le tueur en série d’être responsable de la disparition d’Estelle Mouzin. Michel Fourniret aurait tué la petite fille dans la maison de sa sœur, décédée quelques mois plus tôt, à Villes-sur-Lumes. Monique Olivier a affirmé que son ex-mari serait rentré à 4 heures du matin à leur domicile le lendemain de la disparition d’Estelle, les habits sales. C’est alors qu’il lui aurait raconté l’avoir séquestrée, violée puis étranglée.

En mars dernier, Michel Fourniret avait effectivement reconnu son implication dans l’affaire. « Je reconnais là un être qui n’est plus là par ma faute » avait-il déclaré à la juge qui a réussi à obtenir ses aveux. Désormais âgé de 78 ans, le tueur en série jugeait « pertinent » que le corps de la petite fille soit dans l’une de ses anciennes propriétés.

Durant le mois de juin, des fouilles de grandes ampleur ont été menées, à la fois dans la maison de Villes-sur-Lumes, mais aussi au château du Sautou, en vain. Malgré tout, l’ADN partiel d’Estelle Mouzin a bel et bien été retrouvé sur un matelas de la demeure, saisi en 2003.

Michel Fourniret est interrogé depuis mardi

Pour le papa d’Estelle Mouzin, la seule chose qui importe est de retrouver le corps de sa fille. « Maintenant on sait qui c’est » a-t-il déclaré. Mardi, Michel Fourniret s’est rendu devant la justice pour un peu plus de cinq heures d’interrogatoire. Reçu par la juge d’instruction Sabine Kheris, cette dernière a repris les investigations en 2019. Depuis, l’enquête Estelle Mouzin a connu d’importantes avancées.

Me Vincent Nioré, l’un des avocats de Michel Fourniret, a simplement déclaré à l’issue de la première journée : « La nature des faits commande la sérénité des débats et surtout le respect du secret de l’instruction et de la présomption d’innocence. On ne peut pas faire fi des principes directeurs du procès pénal et notamment des droits de la défense. »

D’ailleurs, ils appellent à la prudence quant aux accusations formulées par Monique Olivier la semaine passée. « Les informations diffusées dans la presse à notre grande surprise doivent être abordées avec prudence et les plus grandes précautions pour le respect de la présomption d’innocence. »

De son côté, Me Didier Seban, l’un des avocats d’Éric Mouzin espère que les déclarations de Monique Olivier pousseront le tueur en série à donner de nouveaux détails aux enquêteurs. « Ça sera une manière pour lui d’être celui qui fait avancer l’enquête, celui qui est le maître des horloges. » La « perversité » de l’homme étant « sans limite », il pourrait aussi bien faire le choix de ne rien dire…