Actu

Le 27 Mar 2020 à 13:11 par Samantha Martins

Julie, 16 ans, décédée du Coronavirus : sa sœur prend la parole

  1. Accueil
  2. Actu
  3. Julie, 16 ans, décédée du Coronavirus : sa sœur prend la parole

Coronavirus : le virus du Covid-19 n’épargne personne. Le récent décès de Julie, 16 ans, le prouve une nouvelle fois. Originaire de l’Essonne, la jeune fille a rendu son dernier souffle dans la nuit de mardi à mercredi.

Le Coronavirus ne s’en prend pas qu’aux personnes fragiles

Malgré ce qu’ont pu raconter les médecins il y a encore quelques semaines, le virus du Covid-19 s’en prend à n’importe qui. Si les premiers décès recensés en France ne concernaient que les personnes âgées ou fragiles, aujourd’hui les choses ont bien changé.

Julie, une jeune adolescente de 16 ans a succombé au virus dans la nuit de mardi à mercredi à l’hôpital Necker à Paris. Il s’agit du premier décès d’une personne mineure en France. Contactée par nos confrères du Parisien, sa sœur aînée déplore au téléphone : « Faut arrêter de croire que cela ne touche que les personnes âgées. Personne n’est invincible face à ce virus mutant.«  Une fois encore, nous vous rappelons combien il est important de respecter les mesures de confinement et de rester chez vous.

Les symptômes sont apparus la semaine dernière chez la jeune fille. « Julie avait simplement une légère toux la semaine dernière. Cela a empiré ce week-end avec des glaires et lundi, on a été voir un médecin généraliste. C’est là qu’on lui a diagnostiqué une détresse respiratoire. Elle n’avait pas de maladies particulières avant cela.«  Après quoi, la situation a très vite dégénérée…

Les poumons de Julie, 16 ans, n’ont pas tenu le coup

L’adolescente a d’abord été prise en charge à l’hôpital Longjumeau, en Essonne. Mais rapidement, elle a été transférée à l’hôpital Necker dans le XVe arrondissement de Paris. Julie était sous assistance respiratoire, avant d’être entubée mardi soir. Malheureusement, l’intervention était de trop… « Ses poumons ont lâché. Les médecins ont fait tout ce qu’ils pouvaient mais la réveiller n’aurait servi à rien«  a ajouté sa sœur.

Et de poursuivre : « C’était violent. On a eu le temps de la voir mais il a vite fallu penser à l’après. Vu les circonstances de l’épidémie, le protocole va très très vite. C’est compliqué mais il faudrait un peu plus d’humanité.«  En effet, nous vous disions même qu’il était interdit de se rendre à l’enterrement de ses amis.

Néanmoins, dix personnes maximum pourront assister aux funérailles de la jeune Julie, qui aura lieu lundi 30 mars. Quant à ses camarades, ils espèrent pouvoir lui rendre hommage le 4 mai prochain, lors de la rentrée. Un mémorial ainsi qu’une marche blanche et rouge devraient être organisées. « Le blanc pour sa bonne humeur, le rouge parce que c’était sa couleur préférée » a confié l’une de ses amies. Toutes nos condoléances vont à la famille de Julie.