Actu

Le 08 Jan 2021 à 12:09 par Samantha Martins

‘Une gueule cassée’ : le témoignage extrêmement poignant de Gaëlle, une rescapée du Bataclan

  1. Accueil
  2. Actu
  3. ‘Une gueule cassée’ : le témoignage extrêmement poignant de Gaëlle, une rescapée du Bataclan

Présente au Bataclan lors de l’attaque terroriste du 13 novembre 2015, Gaëlle vit désormais avec ce qu’elle appelle une « gueule cassée ».

Gaëlle : survivante du Bataclan témoigne dans le documentaire La Disgrâce de France 2

Le 13 novembre 2015, Gaëlle et son compagnon se sont rendus comme plusieurs milliers de personnes, au théâtre du Bataclan pour assister au concert des Eagles Of Death Metal. Une soirée qui a tourné au cauchemar. Ce soir-là, plusieurs assaillants surgissent dans la salle de spectacle et se mettent à tirer sur la foule. Des centaines de victimes sont à déplorer. Si Gaëlle n’en fait pas partie, ce n’est pas pour autant qu’elle sort indemne du Bataclan. Touchée par balle au visage et au bras, « maintenant j’ai une gueule cassée » a-t-elle témoigné dans le documentaire La Disgrâce de France 2.

« Tout s’enchaîne et on ne comprend absolument rien, on part un vendredi soir pour un concert, et puis voilà tout bascule, on se raccroche à quelque chose qui est complètement irréel« , explique-t-elle.

Gaëlle passe quelque temps en service de réanimation. Dans son lit d’hôpital, elle confie avoir « entendu plusieurs choses« . Elle apprend ainsi que son compagnon est décédé, qu’elle « n’a plus de visage« , que son « bras est déchiqueté » et que « à priori » elle ne l’aura plus. « Je me disais, voilà fini la belle vie, maintenant j’ai une gueule cassée« .

Blessée au visage, Gaëlle « s’accroche à une promesse chirurgicale »

Sa vie d’avant le Bataclan, Gaëlle s’en souvient comme d’une « une vie beaucoup plus simple. » « Une vie de maman, métro, boulot, dodo, une Parisienne standard, active. » Si à l’époque elle « se posait beaucoup moins de questions », aujourd’hui elle doit « apprendre à vivre avec ce visage, qui chaque jour évolue. »

En « reconstruction », elle raconte : « je m’accroche à une promesse chirurgicale, parce que je ne la connais pas. On m’a dit, ‘vous retrouverez un visage, pas votre visage’« .

D’ailleurs, la prochaine étape consiste à lui reconstruire un muscle pour reconstruire sa lèvre. Le nerf facial a été touché par la balle qu’elle a reçue. « Moi mes prochaines étapes c’est qu’on me prenne un muscle dans la tête, pour qu’on vienne me l’implanter sur le zygomatique pour réanimer la joue. » Avec cette intervention, Gaëlle nourrit avant tout l’espoir de retrouver une vie un peu plus normale et un visage qui attirera moins les regards.

Dans un autre registre, les proches de Delphine Jubillar, disparue prennent une décision forte, un bébé de 18 jours est touché par le Coronavirus à Roanne et une jeune fille se fait violemment agresser par 8 personnes dans le RER A.