People

Le 29 Oct 2020 à 19:28 par Khaoula Belkacemi

Fidji Ruiz : accusée d’esclavagisme, elle se défend

  1. Accueil
  2. People
  3. Télé Réalité
  4. Fidji Ruiz : accusée d’esclavagisme, elle se défend

Suite à des propos de la jeune femme concernant son employée de maison, beaucoup d’internautes ont accusé Fidji Ruiz d’esclavagisme. La belle répond à toutes ces attaques sur ses réseaux !

Fidji Ruiz, accusée d’esclavagisme

Très proche de sa communauté, Fidji (qui serait sur le point de lancer un nouveau projet avec Jazz Correia) a l’habitude de partager son quotidien à Dubaï ainsi que beaucoup de moments de sa vie avec ses abonnés. Il y a peu, la jeune femme a tenu à leur parler de son employée de maison sri lankaise, à l’occasion d’un repas que celle-ci préparait. « Ici on a une maid qui vient tous les deux jours. Elle s’occupe de la maison, des animaux. Et elle est sri-lankaise, c’est un amour. (…) Elle s’appelle Suba, elle est incroyable, elle est jeune, c’est un amour. Vu qu’il y a ma famille à la maison, on lui a demandé un plat typique de ses origines. Ca sent trop bon… Je sens qu’on va se régaler. » Avait-elle alors déclaré.

Suite à ça, une énorme polémique avait enflé, et la belle Fidji Ruiz s’était vue accusée d’esclavagisme. Celle qui répliquait à l’annonce du couvre-feu avait d’ailleurs elle-même partagé un message qu’elle a reçu, en story sur les réseaux. « Sais-tu que c’est une esclave ? Que son passeport est confisqué ? J’avais discuté avec un taxi sri-lankais qui n’a pas vu sa femme et ses enfants depuis deux ans. ca m’avait écoeurée de cette ville. »

Fidji Ruiz répond à toutes les accusations

Loin de se démonter, la belle accompagnait le message qu’elle a rçu d’une légende explicative :« Absolument pas, elle a un très bon salaire. Elle m’a proposé de garder son passeport mais j’ai refusé. Donc elle est maîtresse d’elle-même et totalement libre. »

Celle à qui l’on comparait à Marine El Himer prenait ensuite la peine de faire une vidéo qu’elle a posté en story, afin de donner plus de détails sur toute cette histoire, et s’expliquer face à sa communauté. « Tous les placements de produits, je reçois plein de vêtements, de chaussures, de produits de beauté. Sachez une chose, c’est qu’elle repart avec une partie de ces produits. Elle est bien, elle est trop trop bien avec nous. J’ai eu deux propositions : soit elle vivait ici ou chaque soir elle rentrait chez elle. Si tu décides qu’elle dort à l’extérieur, tu la payes beaucoup plus cher car elle a un loyer. (…) Moi je la rémunère plus cher que si elle loge ici, elle a un très bon salaire. Et quand je rentre en France, elle peut profiter de ma maison avec son mari et sa fille. Il n’y pas d’esclavagisme ici, elle est trop bien ! »

Voilà qui a donc le mérite d’être clair !