People

Le 10 Juil 2020 à 09:37 par Louisa Haddad

George Floyd : ses derniers mots captés par les caméras individuelles

  1. Accueil
  2. People
  3. Télé Réalité
  4. George Floyd : ses derniers mots captés par les caméras individuelles

George Floyd : s’il a répété plusieurs fois qu’il ne pouvait pas respirer, une retranscription tirée des caméras individuelles des policiers accusés du meurtre de George Floyd révèle ses derniers mots.

Le monde entier témoin de l’assassinat de George Floyd

Le 25 mai 2020 au soir, l’arrestation de George Floyd âgé de 46 ans a fait le tour du monde. Les faits se sont déroulés à Minneapolis dans le nord des États-Unis. Plaqué au sol par un agent de police, ce dernier lui a violemment maintenu le cou avec le genoux, empêchant petit à petit l’homme de respirer.

« S’il vous plait, je ne peux plus respirer » s’est longuement plaint George Floyd. Puis, quelques minutes plus tard, un passant tenu à l’écart hurle aux policiers : « Il ne respire plus, il ne bouge plus, prenez son pouls. » Finalement, c’est dans l’ambulance qu’il serait mort. Rapidement, la scène filmée est partagée sur tous les réseaux, provoquant l’indignation du monde entier. De nombreuses personnalités lui ont rendu hommage à l’instar de Laetitia Hallyday – qui a adressé un message d’espoir – ou encore Kylian Mbappé – qui s’est fait ensuite tacler par Booba.

Des derniers mots retranscrits

Cette fois, c’est une retranscription tirée des caméras individuelles des policiers impliqués, qui a été déposée mardi auprès d’un tribunal du Minnesota par l’un d’entre eux, qui révèle de nouveaux détails sur ce drame. On peut notamment entendre que la victime, George Floyd, a supplié les agents de ne pas le placer dans le véhicule de police car il était claustrophobe et en difficulté physique. Malgré tout, les agents de police tentent de l’y faire rentrer de force. Lui crie qu’il ne peut respirer et surtout qu’il allait « mourir là-dedans ».

Ensuite, toujours selon la retranscription, il a dit : « Maman je t’aime. Dis à mes enfants que je les aime. Je suis mort ». Selon le Parisien : « il a mentionné sa mère et ses enfants à plusieurs reprises par la suite et a répété plus de vingt fois ‘Je ne peux pas respirer' ». Imperturbables, les policiers lui demandent de se détendre. Ils affirment aussi qu’il « va bien » et qu’il « parle normalement ». Lorsqu’il dit qu’ils vont le tuer, Derek Chauvin — qui se serait déjà opposé à la victime par le passé — lui crie dessus : « Alors arrête de parler, arrête de crier, ça nécessite une sacrée quantité d’oxygène de parler ». George Floyd aura pour derniers mots : « Ils vont me tuer. Ils vont me tuer. Je ne peux pas respirer ».