Stars

Le 13 Avr 2018 à 07:58 par Steffi

Donatella Versace : elle raconte tout sur ses années d’addiction à la cocaïne

  1. Accueil
  2. Stars
  3. Stars de la Chanson
  4. Donatella Versace : elle raconte tout sur ses années d’addiction à la cocaïne

Donatella Versace : on vous le disait, Kylie Jenner et Rob Kardashian sont en guerre contre une Blac Chyna violente, menaçante et droguée… Mais, ce ne sont pas les seuls membres d’une même famille à souffrir des conséquences des substances illégales. Chez les Versace, c’est un enfer qu’ont vécu la créatrice et ses proches… Donatella Versace raconte tout sur ses années d’addiction à la cocaïne.

 

Donatella Versace se livre

 


 

On vous partageait la décision radicale qu’avait pris Eddy de Secret Story face à son addiction à la drogue… Mais, maintenant, c’est une autre célébrité, de l’in­dus­trie du luxe, cette fois, qui se confie sur le calvaire qu’elle a vécu.

 

Catapultée à la tête de la maison de couture fami­liale suite à l’hor­rible meurtre de son frère Gianni dans les années 90, Donatella Versace a vécu le pire…

 

Au sujet de son arrivée à la tête de la maison Versace, elle raconte alors : « J’étais le nouveau visage de Versace. Qui veut porter la marque d’un créa­teur faible, instable, qui perd la tête à cause de la drogue et qui donc se méprise  ? Personne ! J’ai donc créé une Dona­tella froide, distante, agres­sive, effrayante. »

 

Mais, pour tenir cette image, elle tombe rapidement dans la cocaïne. Et, ce n’est pas moins de 18 ans qu’elle passera à être sous l’emprise de cette drogue.

 

Elle confie : « Les rares moments où je me retrou­vais seule avec mon addic­tion, je réali­sais que j’étais très, très malade. Certains soirs, je n’as­su­mais plus aucune respon­sa­bi­lité, je me faisais honte devant mes propres enfants. Ma haine envers moi-même est deve­nue de plus en plus forte. »

 

Finalement, c’est Elton John qui réussit à la défaire de cette addiction. Il l’a ainsi emmenée (presque de force) dans un centre de désin­toxi­ca­tion. La créatrice y restera 5 semaines sous traitement.

 
Ainsi, cette dernière tient à souligner : « La dépen­dance a les mêmes effets sur tout le monde. Ce qui était pire que l’état de manque était le choc de la réalité quand je suis sortie. La drogue m’avait empê­chée de voir à quel point il y avait des éléments néga­tifs qui entou­raient l’en­tre­prise. »
 
Et, aujourd’hui, la créatrice peut être fière d’avoir fait le tri autour d’elle et d’avoir retrouvé l’ins­pi­ra­tion et la force qui lui avaient tant manqué !