fbpx
0
A
Actualités

Bretagne : un garçon de 9 ans a tué sa petite sœur de 6 ans d’un tir de carabine

Bretagne : Un accident dramatique a eu lieu ce jeudi 19 mars en Côtes d’Armor dans le petit village de Loscouët-sur-Meu. On vous dit tout.

Un petit garçon de 9 ans abat sa sœur en Bretagne

Ce jeudi, le petit village de Loscouët-sur-Meu, une commune située entre Rennes et Loudéac, a été le témoin d’un triste drame. Pendant qu’il jouait avec la carabine de son père, un petit garçon de 9 ans commet une erreur fatale ! 

 

À lire aussi, Orange is The New Black : mort du fils de la créatrice de la série dans un terrible accident

Le procureur de la République, Bertrand Leclerc, dévoile les détails de la tragédie. « Alors qu’il s’entraînait à tirer sur des objets, sa sœur serait de manière inattendue passée devant lui, le projectile tiré à faible distance l’atteignant mortellement ». Il rajoutera que le papa de l’enfant n’était pas présent sur la scène du crime lorsque l’accident a eu lieu. 

Il rajoutera aussi que la balle a « atteint la fillette à la poitrine, traversant le cœur et un poumon et entraînant un hémothorax massif (hémorragie interne, NDLR) à l’origine d’un décès très rapide ». Ce qui a causé la mort de la petite fille sur le coup. 

 

À lire aussi, Un enfant décède dans un accident au marché de Noël de Luxembourg. 

Loscouët-sur-Meu : à 9 ans, il abat sa petite sœur de 6 ans

Le jeune garçon est âgé de 9 ans, et selon certaines sources, il a été pris en charge directement après le drame. Après avoir été entendu par l’unité d’accueil pédiatrique du centre hospitalier de Saint-Brieuc, il a été ensuite renvoyé vers une psychologue clinicienne.

Il faut savoir qu’il n’y a aucun âge minimum pour la responsabilité pénale en France, et selon la loi « quel que soit son âge, un mineur peut être reconnu coupable d’une infraction« . La majorité pénale quant à elle désigne plutôt « l’âge à partir duquel l’auteur d’une infraction est considéré comme un adulte et risque donc des sanctions plus graves« .

Mais selon le procureur, Bertrand Leclerc, du fait de son âge, le garçon ne devrait subir qu’un suivi psychologique et éducatif. Il dira : « Si les faits peuvent à ce stade recevoir la qualification délictuelle d’homicide involontaire, le jeune tireur du fait de son âge ne peut encourir de sanction pénale mais relève après évaluation, de mesures de suivi éducatif ». 

 

À lire aussi, Jazz revient pour la première fois sur l’accident qui a failli tuer son fils Cayden

 

 

Défiler vers le haut