0
A
Actualités

Dans les rues du Texas, deux policiers blancs à cheval tirent un suspect noir par une corde

Texas : on vous racontait qu’un chef de Gang au Brésil, qui s’était déguisé en fille pour s’enfuir de prison, a été retrouvé mort dans sa cellule. Cette fois, c’est dans une autre région du monde qu’un fait divers fait énormément de bruit. En effet, une scène horrible s’est déroulée au Texas. Une photo a montré deux agents à cheval escortant un homme noir tenu par une corde. Et si elle fait autant le buzz, c’est parce qu’elle a provoqué un véritable tollé sur la toile. Et pour cause, la photo, prise à Galveston au Texas, lundi 5 août, a fait le tour des réseaux sociaux.

Une photo choc

Deux policiers blancs à cheval, tenant un homme noir avec une corde… Après avoir vu cette photo, des internautes – totalement choqués – ont donc dénoncé les méthodes de ces policiers. Celles-ci rappellent alors l’époque abolie de l’Amérique esclavagiste et ségrégationniste. « Une image qui rappelle des heures sombres »,« Écœurant et déplacé », « déshumanisant », peut-on lire sur les réseaux sociaux. Sur ce cliché, l’homme menotté et tenu par une corde, est Donald Neely. Un suspect arrêté pour une violation de propriété.

Très rapidement, cette photo fait le tour du monde. D’ailleurs, des élus démocrates l’ont relayée et ont demandé à ce que les policiers en question soient sanctionnés. Pour ces derniers, ces hommes ont infligé au suspect un traitement hautement dégradant. Adrienne Bell, candidate démocrate au Sénat du Texas, a évoqué « une scène qui suscite de la colère, du dégoût et des questions au sein de la communauté »« Un homme noir traîné par une corde par des agents de police, en 2019. (…) On doit dénoncer ce dont il s’agit : du racisme à l’œuvre. », a  tweeté le Texan Beto O’Rourke, candidat à l’investiture démocrate pour la présidentielle de 2020.

Ainsi, les policiers auraient dû conduire Donald Neely au poste de police dans un véhicule à moteur. Toutefois, Vernon Hale, le chef de police, a affirmé que seuls des agents de la police montée étaient disponibles. « Même s’il s’agit d’une technique enseignée et la meilleure des pratiques dans certaines circonstances, j’estime que nos agents ont pris une mauvaise décision », a-il déclaré dans un communiqué publié sur Facebook.

En revanche, il a aussi admis que ses hommes avaient fait preuve d’une « erreur de jugement ». Il a, par ailleurs, fait savoir qu’il avait décidé de mettre un terme à cette méthode pour convoyer des personnes interpellées. « D’abord et avant tout, il est de mon devoir de présenter mes excuses à M. Neely pour cet embarras inutile », a-t-il ajouté.

Malheureusement, ses excuses n’ont pas su convaincre tout le monde ! Elles ont même suscité des réactions d’indignation ! Et ce, notamment de la part du président d’une association locale luttant pour l’égalité et les droits civiques. Leon Philips qui a affirmé que la même chose « ne se serait jamais passée si le suspect avait été blanc ». 

D’après le Houston Chronique, Donald Neely a été libéré de sa garde à vue, après paiement de sa caution.