0
A
Actualités

Deux adolescentes françaises martyrisent leur chat sur Snapchat, la police ouvre une enquête

C’est encore une bien triste vidéo qui envahit le fil d’actualité des réseaux sociaux ces dernières heures. Deux adolescentes ont publié des snaps où l’une d’entre elles maltraite fièrement son chat. La police a été saisie.

Des images insoutenables qui choquent les internautes

Depuis quelques heures, une vidéo choquante fait le tour du web. Deux adolescentes françaises se sont filmées en train de martyriser un chat. Pendant qu’une d’entre elle filme, l’autre s’amuse à contorsionner son chat dans tous les sens depuis son canapé dans une première vidéo. Dans les autres snaps qui ont suivi, la jeune fille envoie son animal dans les airs en s’amusant de le faire « retomber sur ses pattes » et le plonge dans l’eau de sa piscine.

Horrifiés, les internautes ont partagé les vidéos afin que les deux ados soient repérées, puis appréhendées par la police pour maltraitance animale. En moins de 24 heures, la vidéo devenue virale compte pas moins de 900.000 vues. Et ils ont réussi leur coup, puisque sur Twitter la Police nationale a annoncé qu’une enquête allait être ouverte pour retrouver les deux filles sur les vidéos : « Vous êtes nombreux à nous signaler des vidéos de maltraitance sur des animaux. Les enquêteurs de la plateforme Pharos ont été saisis. Des investigations sont en cours pour retrouver les auteurs des faits« .

Une défense qui laisse à désirer…

Prise à partie par les internautes, la jeune fille qui a fait subir les pires sévices à son chat a tenté de se défendre après ce bad buzz. En répondant à un internaute choqué, elle assure qu’elle ne maltraite aucunement son chat. Une vidéo de ses propos a fuité sur les réseaux sociaux : « Arrête de faire de la m*rde pour un chat, frère. Je vais prendre ta grosse tête, je vais te f*utre un coup de genou, tu vas rien comprendre (…) Je sais ce que je fais, depuis que je suis gamine, j’ai des chats, frère. Mes chats, ils sont jamais morts parce que je les ai balancés« .

Inconsciente de ses actes, elle continue de se défendre : « Un chat, ça retombe toujours sur ses pattes. D’une manière ou d’une autre, il n’est peut-être pas retombé sur ses pattes, mais il a rien de cassé, mon chat. Juste après, je l’ai récupéré, il était en train de me faire des câlins. »