0
A
Actualités

« Je me sens coupable vis-à-vis de Maëlys » : l’ex-compagne de Lelandais se confie

Affaire Maëlys : l’ex-compagne de Nordahl Lelandais a accepté de parler de sa relation avec le meurtrier présumé de la petite Maëlys et d’Arthur Noyer. Sans grande surprise, elle a dressé le portrait d’un homme manipulateur et glaçant.

L’ex petite-amie de Lelandais se confie

Nos confrères du Parisien ont obtenu les confessions de l’ex petite-amie de Nordahl Lelandais. Elle souhaite désormais se faire entendre, elle qui a été la compagne de cet homme durant deux ans, jusqu’en 2016. D’abord très amoureuse, elle a malheureusement très vite découvert que cet homme qui a raconté à son co-détenu comment il a tué Maëlys, était en fait un personnage très noir. Et alors qu’elle a pris la décision de le quitter, il lui a fait vivre un enfer sans nom. Un de ceux qui a donné envie à cette femme de 39 ans de le tuer…

Evidemment, elle n’a pas mis en pratique sa pensée, mais aujourd’hui, elle veut tout dire. Cette dernière affirme même que la mort de Maëlys « aurait pu être évitée si la gendarmerie avait entendu ses appels à l’aide« . D’ailleurs, Karine (le prénom a été modifié) souhaite porter plainte contre les gendarmes qui ne l’auraient pas prise au sérieux, selon elle.

L’ex-compagne de Nordahl Lelandais se sent coupable

C’est sur un site de rencontre qu’ils ont vraiment fait connaissance en 2015. Très vite elle s’aperçoit que c’est un menteur, qu’il est possessif mais aussi qu’il ne sourit jamais dans l’intimité. En 2016, elle décide de se séparer de lui. Elle explique : « Il était devenu insupportable, trop impulsif. Il avait des angoisses, des changements d’humeur, un décalage avec la réalité. Il prenait aussi beaucoup de cocaïne. Je lui ai dit au téléphone que c’était fini. Dans les cinq minutes, il a débarqué chez moi, totalement angoissé ». C’est à ce moment-là qu’il devient violent avec elle : il la gifle pour la première fois.

Alors qu’elle vit un enfer, elle se rend de nombreuses fois chez les gendarmes. Mais ces derniers ne prennent pas ses plaintes et estiment qu’elle provoque Lelandais. Elle ajoute ensuite que l’affaire Maëlys aurait pu être évitée : « Si on m’avait prise au sérieux, cela aurait permis de stopper Lelandais. Il est finalement resté dans sa toute-puissance. Il n’y a eu aucune enquête après ma plainte. Et le 27 août 2017, il a enlevé Maëlys. Ma plainte n’a été transmise au procureur de Chambéry qu’en septembre. Si la gendarmerie m’avait écoutée, on aurait pu éviter la mort de Maëlys, c’est certain. Je vais donc déposer plainte contre le gendarme qui n’a pas traité ma plainte. »

Elle confie ensuite au journaliste du Parisien : « Savoir qu’un enfant est parti alors que vous auriez pu l’éviter, c’est très difficile. Maëlys, elle est dans mon cœur. Je n’ai pas pu présenter encore mes condoléances à sa famille. J’ai aussi un grand sentiment de culpabilité. Le sentiment de ne pas avoir tout fait pour elle. De ne pas être allée jusqu’au bout en empêchant Lelandais de nuire et en persuadant les gendarmes de sa dangerosité. »

Et vous qu’est-ce que vous en pensez ?

Défiler vers le haut