fbpx
0
A
Actualités

« Je suis traumatisée » : des ados victimes de Revenge Porn sur Snapchat depuis le confinement

« Je suis traumatisée » : c’est la jeune Safia qui a fait des révélations choquantes. En effet des ados sont  victimes de Revenge Porn sur Snapchat depuis le confinement.

Une jeune fille se dit traumatisée après que ses photos aient été mises en ligne

C’est ce 17 mars que plusieurs comptes Snapchat ont commencé à diffuser des photos d’adolescentes nues. Un compte a été créé dans l’Oise et dans tous les départements de l’Île-de-France. Les prénoms ont été modifiés, c’est donc « Safia « qui a déclaré : «Je suis traumatisée». La jeune fille de 17 ans vient de vivre une expérience difficile, des photos d’elle nue ont été postées :  « «J’ai découvert ça la semaine dernière. Il y avait une story « bitch du 95 » avec des « nudes » de moi. Je me suis mise à pleurer. Je savais que ça allait tourner partout, que tout le monde allait parler de ce truc. C’était très dur. » C’est sur le compte «Fisha 95 »que les photos sont publiées. Pendant 24h Safia avait peur que sa mère ne découvre ses nudes :  «Heureusement, elle n’a rien vu, souffle l’adolescente. C’est très dur comme situation. » La chanteuse Amel a elle aussi subi du cyber harcèlement sur son poids . Sarah Lopez également recevait des messages cruels sur les réseaux.

Safia n’est pas la seule à souffrir de ce phénomène nommé : « revenge porn ». Depuis le confinement ces comptes nommées « ficha » ( sa taper l’affiche ) apparaissent dans chaque département. On peut lire : «Envoyez moi tout ce que vous avez sur ces petites p… je reposte tout », Sananas la youtubeuse a été  harcelée pendant une année par le même type de personne.

Un phénomène de Revenge Porn sur Snapchat depuis le début du confinement

La jeune fille a pu compter sur le soutien de ses copines et déclare : « Je suis dégoûtée par les garçons qui font ça. C’est grave, c’est dégueulasse ! » Hind Ayadi la présidente et fondatrice de l’association Espoir et Création à Garges-lès-Gonesse a déclaré : « Quelques jours après le début du confinement, j’ai été contactée par des jeunes victimes du Val-d’Oise mais aussi de toute l’Île-de-France. Je suis allée sur certains comptes et j’ai vu des photos de petites de 13 ans. » 

La jeune femme est alors révoltée et commence un travail de sensibilisation : « J’ai passé du temps à appeler des jeunes, à leur parler en expliquant qu’il s’agit de pédopornographie car ce sont des photos de mineures. J’ai longuement discuté avec certains des auteurs de ces messages pour leur expliquer que chacun est libre de faire ce qu’il veut avec son corps. . »

Nous toutes, un collectif féministe a également dénoncé ces actes sur Twitter : « Sur Snapchat , des comptes « ficha » se créent par département et divulguent des photos et vidéos sexuelles de jeunes filles. C’est grave et interdit. Interpellez Snapchat pour qu’ils interviennent. »

Et vous ? Que pensez-vous de ces actes ?

Défiler vers le haut