0
A
Actualités

Mike Horn en danger au Pôle Nord : Hugo Clément part le secourir

Partis il y a plus de deux mois affronter les grands froids de l’Océan Arctique, Mike Horn et son binôme le Norvégien Børge Ousland rencontrent de nombreuses difficultés dues au réchauffement climatique. Les explorateurs attendent actuellement le bateau qui doit les secourir. En attendant, ils rationnent leurs vivres, car ils n’en ont pas assez pour finir leur expédition.

Une traversée compliquée

Vous avez suivi Mike Horn sur Gossip Room dans sa dernière aventure, et le moins que l’on puisse dire c’est que celle-ci s’avère beaucoup plus compliquée que prévu. Depuis sa chute dans les eaux glacées de la banquise, Mike Horn fait face à de grandes difficultés. Sa fille Hannika Horn avait alerté les secours, inquiète pour son père. Il avait un début de gelures aux orteils et au nez. Mike avait posté une photo sur son compte Instagram où il tient un journal de bord.

Cette chute a fait perdre des vivres aux deux explorateurs, ce qui a encore plus compliqué leur traversé entre le pôle nord et le pôle sud. Il leur reste beaucoup trop de trajet pour terminer l’expédition baptisée Pole2Pole. Un bateau brise glace est route pour venir les secourir. Surprise, Hugo Clément s’est glissé à l’intérieur pour les rejoindre.

Mike Horn amaigri : Hugo Clément part à son secours

Le journaliste Hugo Clément donne des nouvelles de Mike et de son compagnon Børge Ousland, elles ne sont pas très rassurantes : « On est au Svalbard sur le Pangaea, le bateau de Mike Horn avec son équipe », a-t-il commenté sur son compte Instagram. « Leur expédition devrait être terminée, mais le changement climatique fragilise la glace et ralentit leur progression. Ils sont affaiblis, victimes de gelures, et il ne leur reste que quatre jours de vivres. Un navire brise-glace tente en ce moment de les rejoindre mais la tâche est compliquée. Nous allons accompagner l’équipe de Mike, qui va essayer de faire la route vers le nord pour le récupérer avec Børge, quand ils seront suffisamment descendus vers les eaux libres. Dernière option si le navire n’arrive pas à les atteindre : deux autres explorateurs à ski seront posés sur la banquise pour aller les ravitailler. »

Mike a lui aussi commenté sur Instagram cette laborieuse traversée : « Nous estimons avoir perdu chacun entre 10 et 15 kilos, et nous n’étions pas très gros au début. » il poursuit : « Comme vous pouvez l’imaginer, nous RÊVONS tous les deux de nourriture, notamment ces deux dernières semaines. […] J’ai hâte de lire vos histoires et de goûter vos chocolats quand je rentrerai. ».

View this post on Instagram

Expedition Update 38: After fixing @BorgeOusland’s sled yesterday, we were a little nervous to start using it again, but luckily it held together. It did however have a significant impact on our progress. As we cannot risk pulling it across open water leads, we spent our day transferring all the equipment in my sled to avoid getting our equipment wet. We had to repeat this process 3 times today, and who knows how many more times we will have to repeat it until the end of the expedition, although I hope not for too long! As for the wind, it is no longer in our favour and is now blowing straight into our faces, which is causing the ice drift to push us back north from where we came from. We are persisting though, although the progress is slow, and we hope to reach 82 degrees north in the next 2 to 3 days. For some reason, when you know the end is near, the days seem so much longer. Although the extreme cold and negative drift are really challenging us, we are confident that with our remaining food, we have a good shot at meeting the boat that is now on its way to pick us up. As for our physical state, we are feeling increasingly fatigued and fragile. We estimate to have each lost something between 10-15kgs, and we weren’t very fat to begin with…This is when I regret not gaining more weight before the start of the expedition, but even if I wanted to, I didn’t get much time to build fat reserves following my expedition to K2 in July…but this is the adventure I signed up for and I knew what I was getting myself into. As you can imagine though, we have both been DREAMING about food, especially these last couple of weeks. And even though we were careful to pack enough treats like these Norwegian chocolates you can see in today's picture, we are still craving more!!! So this is a call out to anyone who wants to send me the best chocolate they know, and don’t forget to tell me why that chocolate is so special through a post or a story on your Instagram page. I can't wait to hear your stories and taste your chocolates when I get back! (send my team an email via the mikehorn.com website for more info) #NorthPoleCrossing #Pole2Pole #Mike Horn #Chocolate!!!

A post shared by Mike Horn (@mikehornexplorer) on

Mike essaie tout de même d’être rassurant et explique qu’il devrait leur rester assez de vivres jusqu’à l’arrivée du bateau.

Défiler vers le haut