0
A
Actualités

Space Mountain : sa vie bascule après un tour dans l’attraction, elle attaque Disneyland Paris

Space Mountain : c’est après un tour sur l’attraction que la jeune femme se retrouve en perte d’équilibre permanente qui pourrait ne jamais s’estomper… Elle demande réparation.

 

Space Mountain : dur retour sur Terre


« Ce n’est pas un handicap qui se voit, c’est tout le temps », se désespère Marie*. C’est en 2013 que la jeune habitante du Laonnois s’offre une visite au sein du parc à thème de Disneyland Paris. Là-bas, elle va faire un tour sur la fameuse attraction phare du parc : Space Mountain. On peut dire que l’expérience dégénère… Ballottée dans tous les sens possibles, elle ne parvient pas à garder sa tête en position. Après ce calvaire qui lui semble avoir duré une éternité, on l’aide à s’extraire du manège. Un sapeur-pompier du parc lui procure les premiers soins et lui explique que les vertiges qu’elle ressent devraient passer.
La jeune femme rentre donc chez elle, précisant que « la route a été un enfer ». Mais après une nuit de repos, elle se rend malheureusement compte que le mal ne semble pas passer. Qu’elle soit debout, couchée ou assise, tout tangue autour d’elle… Les vertiges sont toujours là. Impossible de marcher droit, de faire le ménage, de tourner la tête. Les plus simples tâches du quotidien deviennent pour elle un enfer.

 

Syndrome de mal de débarquement

 

Après avoir consulté de nombreux spécialistes, on apporte finalement une réponse à la jeune femme. Un ORL parisien pose le diagnostic suivant : le « syndrome de mal de débarquement ». En résumé, même si le phénomène conserve sa part de mystère, il s’agit du contraire du mal de mer. Ce syndrome est donc une sorte de mal de terre qui touche les marins qui, après avoir passé des mois en mer, mettent à nouveau pied sur la terre ferme. En termes médicaux, c’est l’oreille interne de la jeune amatrice de manège qui aurait donc été touchée. Ainsi, résume-t-elle « les cils qui retenaient les cristaux qui assurent l’équilibre ont été arrachés. Les cristaux ont été en mouvement permanent ». Recevant trop d’informations, son cerveau aurait inhibé les signaux transmis par l’organe.

Une indemnisation qui tarde à venir

 


En plus de se battre contre la maladie, la jeune femme doit batailler pour se faire indemniser… En janvier 2015, un médecin des assurances évalue les troubles et les attribue entièrement à l’incident lors du tour de manège. Par un courrier du 27 juillet 2015, Disneyland Paris propose d’indemniser la jeune femme pour un peu moins de 30.000 euros. Une manière pour le parc d’attraction, selon l’avocat de la plaignante Cyrille Bouchaillou, de reconnaître sa responsabilité. Au demeurant, il juge la somme « très insuffisante ». De toute façon, la somme ne sera pas versée…
* les prénoms ont été modifiés par soucis de confidentialité
Aussi : toujours « Par souci de confidentialité », Disneyland Paris n’a pas répondu aux sollicitations des journaux, précisant simplement que « la situation est en cours de résolution ». De son côté, le conseil de la plaignante va demander au juge des référés à ce qu’un expert judiciaire évalue le préjudice de la jeune femme aujourd’hui âgée de 27 ans.
À lire aussi : « Disneyland Paris : ce qu’il est dorénavant possible de faire ! Attention, vous allez faire des envieux ! »

Défiler vers le haut