0
B
Buzz

À 9 ans, elle refuse de résoudre un problème de mathématiques qu’elle trouve offensant

Une élève de l’Utah a évité de répondre à une question de mathématiques. Mais pas n’importe laquelle ! En effet, le problème consistait à comparer… Le poids de 3 femmes.

Une question sexiste

Les stéréotypes ont la dent dure et il ne faut pas les laisser se propager ! En Amérique, toutes les femmes ne souhaitent pas devenir des Kim Kardashian ou des femmes-girafe ! A l’heure où Hilary Duff affirme sa maturité et où les statistiques montrent que les femmes conduisent mieux que les hommes. Comment peut-on encore traiter les femmes comme de simples objets ? Rhythm Pacheco, élève dans une école deSalt Lake City l’a bien compris.

Une consigne quelque peu étrange 

C’est en lisant son devoir de mathématiques que la jeune fille a été choquée… Dans ce dernier, on proposait de comparer le poids de trois femmes. La consigne était la suivante : « Dans le tableau de droite est indiqué le poids de 3 étudiantes de quatrième. De combien Isabel est-elle plus lourde que la plus légère de ses camarades ? ». Une question que Rythm préfère éviter, la trouvant offensante. À 9 ans, l’élève de primaire a su faire preuve d’une détermination très forte. Et a préféré défendre son point de vue plutôt que de décrocher une bonne note. 

Une réponse militante

« Quoi !!! C’est offensant ! Désolée, je ne vais pas écrire ça, c’est impoli » (sic) a t-elle écrit avec quelques fautes d’orthographes. « J’ai trouvé ça blessant. Je n’ai pas aimé ça parce que les filles ne devraient pas se comparer ».  Le jeune fille s’est expliquée dans un reportage sur la chaine FOX13. Une histoire qui a d’ailleurs fait le tour des journaux locaux voire nationaux. « Je sais que c’était un problème de math mais je ne trouve pas que c’était bien… Ça devrait être des fruits, des légumes ou des choses comme ça » a t-elle rajouté. La mère de la petite Rhythm, Naomi Pacheco soutient totalement sa fille dans sa démarche et pour cause. « J’étais choquée, vraiment. J’ai le sentiment que c’est vraiment une façon irresponsable d’apprendre les maths aux enfants ». L’école a voulu calmer les ardeurs des militantes féministes, mais également des parents d’élèves. Et a donc affirmé « il n’y avait aucun jugement de valeurs dans la question. C’était à peine une comparaison ». Affaire à suivre donc !

Défiler vers le haut