0
B
Buzz

Relation toxique : Un homme condamné pour avoir obliger sa femme à quitter son travail

Un homme a contraint sa femme à rester « garder les enfants ». Elle ne devait plus se rendre au travail sous peine de lourdes représailles de son mari ! 

Les femmes à l’honneur

Cette semaine, on met en valeur les femmes sur Gossip-room ! Entre cette écolière qui refuse de résoudre un problème de mathématiques qu’elle juge offensant. L’histoire d’agression sexuelle de Jennifer Lopez et les statistiques qui montrent qu’elles conduisent mieux que les hommes, tout va dans leur sens ! Il faut aussi dire qu‘elles ne sont pas toujours bien traitées par leur homologue masculin. Un machisme un peu trop poussé qui a amené cet homme à maltraiter psychologiquement sa compagne. 

Un couple en difficulté

Être en couple ne signifie pas forcément être sereins. Ni même avoir une relation apaisée avec son conjoint. Cette histoire en est en tout cas la preuve évidente. Pendant plusieurs mois, un père de famille originaire de Saint-Malo en Bretagne a en a fait voir de toutes les couleurs à sa compagne. En effet, sa femme subissait les coups et les menaces de mort de son mari…

Des collègues de travail inquiets

C’est en voulant se rendre au travail que la mère a désenchanté… Et pour cause, son mari l’obligeait à rester « garder les enfants ». Et ce enfermée chez elle ! C’est une de ses collègues, inquiète, qui a prévenu la police. En effet, après plusieurs mois d’absence de la jeune femme à son travail. Elle a finalement décidé de ne pas rester les bras croisés ! C’est peut être ce qui a permis de sauver sa collègue. Lors de son appel, l’employée a fait part de ses forts soupçons sur le mari violent. C’est finalement la victime elle-même qui a avoué avoir été séquestrée. Elle ne pouvait pas se rendre au travail… Sous peine de provoquer une vague de colère de la part son mari ! Une relation toxique qui prend fin en même temps que le verdict du procès.

Une décision radicale 

Le mari violent vient de recevoir la décision du tribunal de grande instance de Saint-Malo. Verdict ? Un an et demi de prison dont six mois avec sursis. Déjà condamné pour des faits similaires, cet accro aux drogues dures écope également d’une interdiction d’approcher la victime. Il se voit contraint de mettre fin à la relation et de ne plus rien tenter pour récupérer son ex-femme.

Défiler vers le haut