0
P
Actu People

Julia Paredes change sa fille d’école car des lycéens venaient la voir à la récréation

Après avoir découvert que des lycéens venaient importuner sa fille durant la récréation, Julia Paredes prend une décision radicale !

Julia Paredes change sa fille d’école

Âgée de 2 ans et demi, Luna la fille de Julia Paredes – qui s’est confiée sur sa fausse couche – a fait sa première rentrée en petite section cette année. Une grande première pour la petite fille mais aussi pour la maman comme elle l’a expliqué à ses abonnés ! « Voilà ma petite Luna est rentrée à l’école en toute petite section à 2 ans et 6 mois. Tout s’est bien passé, elle était très contente et très fière de se préparer pour cette rentrée et d’aller dans sa classe rejoindre tous ses camarades. Ça m’a fait vraiment tout drôle et mon cœur de maman s’est beaucoup serré mais je suis très contente de voir que ma Loulou était très à l’aise ! »

Malheureusement, Julia Paredes – que l’on retrouvera bientôt dans une émission consacrée aux mamans–  a fait une découverte qui ne lui a pas plus du tout ! En effet, depuis que sa fille est entrée à l’école, des lycéens viennent l’importuner durant les récréations pour prendre des photos avec elle. Alertée par l’école de Luna quelques semaines après la rentrée, elle prend une décision radicale.

Julia Paredes : sa fille harcelée par des lycéens

Fraîchement séparée du père de sa fille, Julia Paredes a dû faire face à une nouvelle déconvenue qui concerne cette fois-ci sa fille Luna. C’est via sa story que la jeune maman a expliqué qu’elle allait changer Luna d’école suite aux agissements de certains lycéens. Elle nous raconte via sa story.

« J’ai eu des problèmes… Des lycéens qui venaient la voir quand je n’étais pas là, le midi, quand ils étaient dans la cour de récréation. En fait, vu que quand ils me voyaient le soir et qu’ils me demandaient des photos je disais ‘ok’ mais pas avec Luna, et bah en fait ils y allaient le midi quand je n’étais pas là. (…) Ils l’appelaient pour faire des photos, lui parler, voilà. Les ATSEM m’en ont parlé (…) J’étais très très en colère. Pour moi pas assez de surveillance et je ne pensais pas que ma notoriété pouvait lui nuire déjà en toute petite section. (…) Je ne veux pas que ma fille soit en danger. »

On comprend tout à fait la détresse de la jeune maman et on espère que sa fille pourra continuer sa scolarité tranquillement !

Défiler vers le haut