0
P
Actu People

Matt Pokora touché par la mort de George Floyd : il diffuse un message important

Matt Pokora : suite à l’affaire George Floyd qui secoue les États-Unis depuis le 25 mai dernier, le chéri de Christina Milian a décidé lui aussi de s’exprimer sur le sujet.

Black Lives Matter : une nouvelle victime des violences policières américaines

Le 25 mai 2020 au soir, l’arrestation de George Floyd âgé de 46 ans a fait le tour du monde. Les faits se sont déroulés à Minneapolis dans le nord des États-Unis. Plaqué au sol par un agent de police, ce dernier lui a violemment maintenu le cou avec le genoux, empêchant petit à petit l’homme de respirer.

« S’il vous plait, je ne peux plus respirer » s’est longuement plaint George Floyd. Puis, quelques minutes plus tard, un passant tenu à l’écart hurle aux policiers : « Il ne respire plus, il ne bouge plus, prenez son pouls. » Finalement, c’est dans l’ambulance qu’il serait mort. Rapidement, la scène filmée est partagée sur tous les réseaux, provoquant l’indignation du monde entier.

Quelques temps seulement après la mort d’Ahmaud Arbery, un joggeur noir abattu par deux hommes blanc en Géorgie, le débat sur les inégalités aux États-Unis reprend de plus belle. Que ce soit les anonymes ou les personnalités, nombreux sont ceux qui ont apporté leur soutien au mouvement Black Lives Matter, à commencer par Matt Pokora.

Matt Pokora réagit à la mort de George Floyd

Le chéri de Christina Milian et papa d’Isaiah vit désormais entre la France et les États-Unis. Celui qui était accusé de racisme après avoir fait une blague de mauvais goût à sa belle-fille Violet, s’est indigné sur les réseaux sociaux.

En effet, les 4 policiers responsables de la mort de George Floyd ont depuis été licenciés. Une sanction bien trop légère en comparaison du drame qui s’est joué. « Ils ont été virés, c’est tout ? Vous vous moquez de moi ? » a réagi Matt Pokora sur Instagram jeudi 28 mai. Par ailleurs, le chanteur qui s’exprimait aussi sur la police française a repris le discours des associations défendant les libertés civiles.

« Les autorités policières ont reconnu qu’ils avaient fait une erreur et donc elles les ont virés. Alors si cette erreur a conduit à la mort d’un homme, pourquoi ne sont-ils pas envoyés en prison, dans l’attente d’un jugement ? Les lois sont les mêmes pour tous, Black Lives Matter. » 

Défiler vers le haut