fbpx
0
P
Actu People

Nabilla Benattia : en larmes, elle raconte le harcèlement qu’elle a subi il y a plusieurs années

Nabilla Benattia : on vous racontait qu’elle allait bientôt se marier avec Thomas et qu’elle avait donné sa réponse quant à une possible diffusion de la cérémonie sur nos écrans. Cette fois, si l’influenceuse fait parler d’elle c’est pour un tout autre sujet. En effet, elle a publié une vidéo d’elle, en larmes, dans laquelle elle raconte le harcèlement qu’elle a subi il y a quelques années.

 

Nabilla et le harcèlement scolaire

 

 

On vous parlait de ce téléfilm de TF1, Le jour où j’ai brûlé mon cœur, inspiré de l’histoire vraie de Jonathan Destin victime de harcèlement scolaire et qui a tenté de mettre fin à ses en jours en se brûlant.
 
Puis, on vous a partagé la vidéo alarmante de cet enfant de 7 ans en larmes qui a ému la toile. Également victime de harcèlement, on peut l’entendre dire : « J’ai dit à ma maman que j’ai envie de rejoindre le Bon Dieu, de mourir ». Une phrase poignante.
 
C’est un phénomène de société qui prend de plus en plus de place. Selon l’Unicef, c’est un enfant sur dix qui serait victime de harcèlement et parmi eux, un sur quatre déclarait avoir pensé au suicide.
 
Le jeudi 8 novembre c’était la journée nationale contre le harcèlement à l’école. C’est dans ce contexte que Nabilla Benattia a décidé de prendre la parole. D’abord par un post qu’elle a publié sur Twitter. « Aujourd’hui c’est la journée nationale contre le harcèlement à l’école, je prends cette cause très à cœur. Il faut en parler ouvertement si vous êtes victime d’un quelconque harcèlement à l’école ou n’importe où, il faut le dire ! » s’exclame-t-elle.
 


 
Et ensuite sur Snapchat où, en larmes elle a raconté le harcèlement dont elle a été victime.
 
« Si parmi vous certains se font harceler dans la rue, à l’école, n’importe où, s’ils ont des problèmes, des gens qui leur disent des insultes à répétition, qu’il les rabaissent, sur le physique ou la tenue vestimentaire, il faut le dire », c’est ainsi que Nabilla commence sa vidéo. Elle poursuit : « Le harcèlement est quelque chose de répréhensible, les personnes qui font ça peuvent avoir des punitions sévères. Il ne faut pas hésiter à en parler. Ce n’est pas la honte de se faire harceler. La honte ce sont les gens qui harcèlent les autres »
 
Le harcèlement, Nabilla le connaît. Et si elle ne l’a pas vécu à l’école car « (elle) avait la faculté de se défendre quand on (l’) attaquait », c’est lors de sa médiatisation qu’elle en a souffert.

« C’était très difficile d’être jugée par un pays entier »

« J’ai vécu ça en 2013, quand j’ai commencé à être connue. » Ses larmes commencent à monter. « Il y a des gens qui mettaient ma photo, que ce soit partout, dans Touche Pas à Mon Poste ou dans pleins d’autres émissions. Ils mettaient ma photo, moi, j’avais 18 ans, et tout le monde débattait. Genre ouais, elle est trop comme ci, elle est trop comme ça, on l’aime, on l’aime pas… »
 
La jeune femme poursuit un peu plus apaisée : « C’est plus facile d’en parler aujourd’hui, j’ai 26 ans, j’ai évolué je suis devenue une femme accomplie, je suis heureuse dans mon couple. Je suis blindée maintenant. Mais c’était très difficile pour moi d’être jugée par un pays entier. À cette époque, j’avais des soucis avec mon père, je ne lui avais pas parlé depuis des années, ils étaient allés l’interviewer en bas de chez lui en lui demandant ce qu’ils pensaient de moi ! (…) Ils ont fait des choses qui auraient pu me briser. Je n’ai pas porté plainte à l’époque car je ne savais pas si c’était du harcèlement ou si c’était logique car j’étais connue ».

 
« Si je n’avais pas eu le soutien de mon futur mari, je pense que j’aurais fait une grosse connerie », conclut-elle.
 
Regardez !
 

 
De nombreux internautes ont réagi à son engagement :










Défiler vers le haut