0
P
Actu People

Thomas Vergara se confie sur ses débuts difficiles de jeune papa : « Je suis un zombie »

Milann, le fils de Thomas Vergara et Nabilla a vu le jour le 11 octobre dernier. Et comme tous les jeunes parents, les débuts sont plutôt difficiles !

Thomas Vergara, jeune papa

Depuis le début du mois d’octobre, les accouchements s’enchaînent dans le monde de la télé-réalité. Le 1er du mois, c’est Carla Moreau qui a accouché de sa petite fille Ruby. Suivie de Maylone, le fils de Jessica Thivenin, le 7 octobre.

Malheureusement pour le petit garçon, les choses ne se sont pas passées comme prévues… En effet, Maylone est né avec une malformation de l’œsophage. Opéré en urgence, Jessica Thivenin a rassuré ses abonnés, bien qu’elle n’ait presque pas pu tenir son fils dans ses bras encore

Et le 11 octobre dernier, c’est Nabilla Benattia qui a mis au monde Milann. « Notre bonheur et infini. Je ne trouve pas les mots pour décrire notre joie. Nous sommes comblés d’amour » a-t-elle partagé avec ses abonnés. De quoi lui faire un peu oublier l’accouchement compliqué qu’elle a eu. En effet, la jeune maman a dû accoucher par césarienne, une grande déception pour elle. « Elle voulait absolument accoucher par voie basse, donc c’était dur de l’accepter«  a confié Thomas sur les réseaux sociaux. Mais ce n’est pas les seules confidences qu’a fait le jeune papa.

Thomas Vergara se confie sur ses débuts difficiles

Jesta avait partagé la même impression lorsque son fils Juliann venait de naître. Avoir un nourrisson ça fatigue ! Et surtout, ça ne laisse pas beaucoup dormir.

Sur Snapchat, Thomas Vergara l’a encore confirmé. « Tous les gens qui me disaient : ‘Thomas, tu verras quand tu auras un enfant, tes nuits ne seront plus les même’ ils avaient raison » avoue-t-il. « Je pensais que j’étais plus malin que les autres. C’est quelque chose. Quand on l’entend à peine pleurer la nuit, on est mal. S’il faut se lever quinze fois, on se lève quinze fois. La dernière fois qu’on a passé une nuit normale, c’était en septembre. Je suis un zombie. »

Et de poursuivre : « Je me retrouve à faire des allers-retours dans la chambre pour le bercer. » Néanmoins, le jeune papa est complètement gaga de son fils. « On l’aime tellement, il est tellement mignon et gentil. Il est trop chou. » En tout cas, c’est un petit garçon qui ne manque pas d’amour !

Défiler vers le haut