0
S
Stars

Pamela Anderson et Adil Rami : coup de théâtre, l’actrice regrette et poste un message intrigant

Pamela Anderson et Adil RamiPamela Anderson a annoncé sur Instagram que son histoire avec Adil Rami était terminée. Après de multiples rebondissements, il semblerait que l’actrice américaine ait changé de version. En effet, c’est dans un nouveau post qu’elle a nuancé les accusations portées à l’encontre du footballeur… On vous dit tout !

L’histoire continue !

Le 25 juin dernier, Pamela Anderson a décidé d’annoncer publiquement sa rupture avec Adil Rami. C’est alors qu’elle n’a pas hésité à tout balancer ! On a donc appris que le footballeur avait été infidèle tout le long de sa relation car il menait une double vie avec Sidonie Biémont. Mais aussi, qu’il était violent avec l’américaine qui a même diffusé une vidéo de ses blessures quand lui niait tout en bloc.  Mais coup de théâtre ! Ce dimanche 07 juillet, Pamela Anderson a décidé de revenir sur ses accusations dans un post Instagram.

Des propos qui viennent totalement remettre en cause sa première version. Elle a donc écrit : « Il faut être deux pour danser. Aussi bizarre que cela puisse paraître, je réalise que je ne peux pas le blâmer pour tout. J’ai tout accepté. J’ai tout permis. Je le savais (au fond) et j’ai évidemment beaucoup de travail à faire sur moi-même -peut-être que je l’ai usé aussi- peut-être que je dois faire face à un côté sombre. Encore des choses à apprendre. M’en vouloir est donc le premier pas dans la bonne direction (au lieu de rejeter toute la faute sur lui). » Elle évoque ensuite son passé et le choix de ses amoureux : à l’âge de douze ans, elle a été victime d’un viol collectif organisé par son petit-ami et six de ses amis. Mais elle a également subi les violences de son mari entre 1995 et 1998, Tommy Lee.

Puis, elle a ajouté : « Le problème est que ces schémas sont devenus intériorisés, afin qu’on se sente à l’aise et dans une situation familière lorsqu’on rencontre des gens qui nous trahiront au final. C’est parce qu’ils ont la même aura que ceux qui nous ont fait la même chose pendant notre enfance. Je m’en veux d’avoir dépensé tant de temps, d’énergie et de confiance pour le mauvais homme. Je dois m’occuper de mes propres besoins : l’amour, l’acceptation, le respect, et la confiance. Et je ne peux pas l’attendre de quelqu’un d’autre ». Avant de conclure : « Nous faisons toujours face à notre propre reflet, en amour. »

Regardez :

View this post on Instagram

It Takes 2 to Tango – As bizarre as it is, I realize I cannot blame him for all. I accepted it. I allowed it. I knew it (deep down) and I obviously have a lot of work to do on myself – maybe I used him too – maybe I have some darkness to face. More to learn – Getting mad at myself is therefore the first step in the right direction (rather than blaming all on him). With our minds we may be searching for one thing, but subconsciously we always find exactly who we need in order to understand our own "operating system". This is painful, but it helps us see the reality of who we have been so far, and to make the necessary changes. The problem is that these patterns have become internalized, so that we feel comfortably familiar when we meet people that will ultimately end up betraying us. It's because they have the same "vibe" as all those who did the same thing to us in childhood or whatever. Only once we are prepared to love ourselves unconditionally, not from a egoic perspective but from a spiritual one, and not betray ourselves, then we will also attract people who won't betray us. I’m mad at myself for spending so much time, energy and trust on the wrong man. I must take care of my own needs: love, acceptance, respect, trust. I can’t expect it from anyone else. I must give it to myself . Genuinely and unconditionally. I’m not perfect, I accept my shortcomings Maybe If I can give all that to myself, I can be better at giving it to others. And then – I will attract the same type of person into my life. We are always facing A mirror image … in love 😍

A post shared by The Pamela Anderson Foundation (@pamelaanderson) on

Et vous, que pensez-vous de ce message ?