Congé de Naissance : les orientations fixées par Emmanuel Macron Congé de Naissance : les orientations fixées par Emmanuel Macron

Congé de Naissance : les orientations fixées par Emmanuel Macron

Le gouvernement français s’apprête à entreprendre une réforme importante de son système de congé parental, en remplaçant l’actuel « congé parental » par un nouveau régime de « congé de naissance ». Une consultation avec les syndicats, les employeurs et les associations sera lancée le 15 mai pour discuter des détails de cette nouvelle politique.

Le président Emmanuel Macron a présenté les principales caractéristiques du congé de naissance proposé lors d’une récente interview. Il s’agirait d’un congé de trois mois pour chaque parent, utilisable cumulativement au cours de la première année de l’enfant et indemnisé à hauteur de 50 % du salaire, dans la limite du plafond de la sécurité sociale, soit 1 900 euros.

Ce dispositif vise à remédier à la faible indemnisation du congé parental actuel et à son utilisation limitée, qui, selon le gouvernement, contribuent à l’écart entre le taux de natalité souhaité et le taux de natalité réel.

Le congé de naissance, une solution pour doper la natalité et le plein emploi

Sarah El Haïry, ministre déléguée à la famille, a souligné que cette réforme constituait un investissement dans l’avenir du pays, en favorisant à la fois l’augmentation des taux de natalité et le plein emploi. Cependant, les changements proposés ont suscité des réactions mitigées.
L’Union nationale des associations familiales (Unaf) a salué l’initiative, reconnaissant la nécessité de mieux soutenir les jeunes parents pendant la première année de leur enfant.

En revanche, le Syndicat de la Famille (anciennement Manif pour Tous) s’est inquiété de la réduction potentielle du congé parental de trois ans à six mois, estimant que cette mesure allait à l’encontre des objectifs déclarés du gouvernement. La réforme proposée, qui a suscité des réactions mitigées, n’a pas réussi à apaiser les inquiétudes de nombreux parents. S’ils reconnaissent la nécessité d’un changement, ils estiment que les mesures proposées ne répondent pas entièrement à leurs besoins et à leurs attentes.

À lire aussi : France Travail : l’erreur coûteuse laisse les seniors sous le choc des demandes de remboursement

Les parents expriment malgré la hausse potentielle de leur primes de congé

Dans une enquête menée par Le Figaro, les parents ont exprimé leurs réserves quant à l’adéquation du régime de congé parental proposé. L’une des principales préoccupations exprimées est la crainte que l’indemnisation offerte soit insuffisante. Corinne, 40 ans, mère de trois enfants, a exprimé le sentiment de beaucoup en suggérant qu’une augmentation d’une centaine d’euros par mois seulement améliorerait considérablement la situation des familles.

À lire aussi : Emmanuel Macron inaugure le parc éolien de Fécamp lors d’une visite officielle

Par ailleurs, des experts ont également pris part au débat, en soulignant le contexte historique des prestations de congé parental en France. Gérard-François Dumont, professeur à la Sorbonne et président du magazine Population & Avenir, a souligné que les indemnités de congé parental avaient été considérablement réduites par le passé, notamment sous le mandat de François Hollande, lorsqu’elles avaient été divisées par deux, passant de 800 à 400 euros.

À lire aussi : Aurores boréales spectaculaires : La France éblouie par une tempête solaire exceptionnelle