Finalement, dormir ne serait pas la meilleure idée pour détoxifier le cerveau Finalement, dormir ne serait pas la meilleure idée pour détoxifier le cerveau

Finalement, dormir ne serait pas la meilleure idée pour détoxifier le cerveau

Une étude novatrice de l’Institut britannique de recherche sur la démence (UK DRI) de l’Imperial College de Londres remet en question la théorie dominante selon laquelle le sommeil contribue au processus de détoxification du cerveau. La recherche, publiée dans « Nature Neuroscience », suggère que l’élimination des toxines est en fait réduite pendant le sommeil et encore plus sous anesthésie.

Cette découverte remet en question une compréhension vieille de dix ans des raisons pour lesquelles nous dormons et soulève des questions intrigantes sur la relation entre le sommeil, la santé du cerveau et des maladies telles que la démence. L’équipe de recherche, dirigée par les professeurs Nick Franks et Bill Wisden, a utilisé une nouvelle approche pour mesurer la clairance des toxines dans le cerveau des souris.

Ils ont injecté un colorant fluorescent et en ont suivi le mouvement et l’élimination, fournissant ainsi une mesure directe du processus d’élimination des déchets du cerveau. Contrairement aux attentes, ils ont constaté une diminution significative de la clairance pendant le sommeil et l’anesthésie par rapport à l’état de veille.

L’éveil et les moments d’activité seraient plus propices pour détoxifier le cerveau

Cette découverte contredit la croyance largement répandue selon laquelle le sommeil améliore le système glymphatique, un réseau de canaux responsables de l’élimination des déchets du système nerveux central. L’hypothèse avait été émise que le sommeil facilitait l’expansion de ces canaux, permettant ainsi une élimination plus efficace des toxines. Toutefois, les nouvelles données suggèrent que le fait d’être éveillé et actif pourrait être plus propice à la désintoxication du cerveau. Les chercheurs se sont déclarés surpris par leurs résultats, soulignant la nécessité de poursuivre les recherches sur les mécanismes précis qui sous-tendent l’influence du sommeil sur l’élimination des toxines dans le cerveau.

Ils ont souligné que si l’élimination des toxines n’est peut-être pas la fonction première du sommeil, elle n’en demeure pas moins un processus physiologique essentiel ayant des implications significatives pour la santé globale et la prévention des maladies. Les résultats de l’étude soulèvent également des questions importantes sur la relation entre le sommeil et la démence. La perturbation du sommeil est un symptôme courant chez les personnes atteintes de démence, et l’équipe de recherche cherche maintenant à déterminer si la mauvaise qualité du sommeil contribue à la progression de la maladie ou si elle n’en est qu’une conséquence. Bien que l’étude remette en question l’idée que le sommeil est un détoxifiant primaire, les chercheurs pensent que de bonnes habitudes de sommeil peuvent encore jouer un rôle crucial dans la réduction du risque de démence par d’autres voies.

À lire aussi : Une nouvelle fonctionnalité intégrant l’IA pour démasquer les fraudes en ligne !

Cette découverte pave le chemin vers une meilleure exploration du fonctionnement de notre cerveau

Cette recherche novatrice ouvre de nouvelles voies pour comprendre l’interaction complexe entre le sommeil, les fonctions cérébrales et les troubles neurologiques. Elle souligne l’importance d’étudier d’autres mécanismes par lesquels le sommeil peut favoriser la santé du cerveau, tels que la consolidation de la mémoire, la réparation neuronale ou la restauration de l’énergie. En outre, ces résultats pourraient avoir des répercussions sur l’élaboration de nouvelles stratégies thérapeutiques pour la démence et d’autres affections neurologiques affectées par des troubles du sommeil.

À lire aussi : Innovation révolutionnaire : une housse de couette facile à installer sans prise de tête !

L’équipe de recherche s’attache à présent à élucider les mécanismes précis par lesquels le sommeil affecte l’élimination des toxines chez la souris et à déterminer si ces résultats sont transposables à l’homme. Elle étudie également l’impact des différents stades du sommeil sur la clairance cérébrale et les moyens d’optimiser le sommeil pour améliorer la santé du cerveau.

À lire aussi : Hygiène en cuisine : les 3 erreurs courantes que vous faites peut-être sans le savoir